facebook twitter Contact Forum

Pour une république souveraine laïque et sociale

En finir avec la Gauche ?

Par Antoine Berranger, le 18 février 2019

Pour beaucoup, le clivage gauche/droite est mort, Emmanuel Macron étant pour eux le thuriféraire de cet office funèbre. Certains iront chercher plus loin, remontant à François Hollande et la mollesse coupable de la social-démocratie, quand d’autres voyageront jusqu’en 1983 et le tournant de la rigueur mis en place par François Mitterrand.

Pour d’autres encore, dont je fais partie, ce clivage est toujours vivant mais abscons, l’illusion créée étant celle de la « gauche de gouvernement », arnaque intellectuelle qui ne désigne finalement que ceux ayant assujetti leurs convictions (s’ils en avaient) à un pragmatisme fantasmatique. Macron est, là encore, le point d’orgue de ce mouvement, mais aussi, on peut l’espérer, le point final, puisque son élection s’est faite au prix de l’atomisation du vieux parti socialiste et de ses alliés.

Dans cette novlangue très orwellienne, les mots sont triturés au point d’en perdre tout sens. Le dédain présidentiel devient de la franchise, le dogmatisme du tout-libéral devient du pragmatisme, la Nation est confondue avec le nationalisme, et la Gauche ne devient plus rien. Nous nous pensions dans la dystopie de 1984, nous sommes en fait de l’autre côté du miroir. Avec la création de Place Publique, mouvement créé notamment par Raphaël Glucksman & Thomas Porcher, on assiste à la résurgence de ce miroir aux alouettes qui promet beaucoup mais qui ne pourra rien, refusant de s’extraire du carcan idéologique fixant l’horizon de leurs événements : il s’agit évidemment du trou noir que constitue la combinaison de la soumission à l’ordo-libéralisme associé à l’acceptation de la perte de souveraineté. Singularité empêchant la pensée de toute alternative politique.

Bien loin des aspirations de nos concitoyens, bien loin de l’urgence dans laquelle nous sommes, la première bataille à mener semble tout de même être celle des concepts. Il convient de redonner du sens à certains mots : République, Nation, Citoyenneté et à tordre le cou à d’autres pour mieux les redéfinir dont le mot… Gauche.

Si l’analyse du spectre politique de façon linéaire paraît totalement absurde, il a l’avantage d’offrir une très grande lisibilité et permet l’identification plus facile à un « camp » politique. Il faut donc en finir avec la Gauche, en finir avec la Droite, et permettre la création d’un nouveau paradigme politique. Il faut, en quelque sorte, parachever l’œuvre de Macron, porter le coup fatal, afin d’ouvrir un espace politique permettant, enfin, la création d’une grande force républicaine.

La redéfinition de ce clivage ne peut passer par des inspirations anglo-saxonnes. Le parti travailliste est embourbé dans de sales compromissions tout comme la gauche française ; l’opposition Démocrates/Républicains n’a aucun sens pour nous et serait tout à fait stérile. On peut par contre s’inspirer de notre histoire.

Dans l’histoire française, le clivage qui me semble faire le plus de sens est celui du clivage gauche/droite du début de la IIIe République. La droite d’alors était en partie monarchiste, ce qui n’a pas grand chose à voir avec la droite actuelle me direz-vous. Mais, en y regardant de plus près, on y trouve les ingrédients qui composent ceux que nous combattons : la volonté de déposséder le peuple de toute souveraineté ou, tout au moins, de le réduire à une portion congrue.Ainsi, notre cher président applique à la lettre une politique de la néo-gauche, mais serait clairement classé à droite eût-il vécu il y a 150 ans. De la même façon, les grands esprits qui ont fondé la pensée libérale moderne, de Sieyès à Tocqueville, étaient fondamentalement des gens de gauche. Il n’est pas anodin que le premier parti fondé par ce dernier s’appelait « La Jeune Gauche ». L’un comme l’autre ont toujours adossé la liberté à l’égalité.

Quand le premier dit « Qu’est-ce qu’une nation ? Un corps d’associés vivant sous une loi commune et représentés par la même législature », il pose clairement le principe d’égalité comme préambule à la forme politique de la Nation. Quant au second, s’il refusait clairement tout intrusion de l’État dans le droit du travail, et autres joyeusetés du « libéral d’un autre genre », il n’était pas dans le dogmatisme du tout libéral puisqu’il prônait l’intervention de l’État pour aider à réduire les inégalités : « Je suis bien de votre avis que la répartition plus égale des biens et des droits dans ce monde est le plus grand objet que doivent se proposer ceux qui mènent les affaires humaines » écrivait-il à Mme Swetchine.

Nous pourrions développer plus avant, et parler de la différence entre égalité civique et égalité sociale. Mais je suis déjà trop long, et nous mettons déjà là le doigt sur ce qu’était alors la Gauche : le refus du dogmatisme du tout libéral et le refus du dogmatisme tout égalitaire etla nécessaire articulation de l’égalité à la liberté. Voilà donc la tâche, qui, à mon humble avis, s’impose à nous. A une époque où la liberté est imposée comme concept autoporteur, il faut réexpliquer en quoi l’égalité est nécessaire à son exercice, ce qui permettra de redéfinir ce qu’est la Gauche, et se réapproprier ces concepts si essentiels : Souveraineté, Nation, Citoyenneté et Laïcité.

Après tout, sans le socle de l’égalité, la liberté n’est que privilège, et porte alors en elle sa propre négation. La guerre froide nous a imposé un clivage gauche/droite se limitant à un clivage socialisme versus capitalisme débridé, miroir de notre géographie. Devenu alpha & oméga de cette articulation entre égalité & liberté, le socialisme français s’est renié lui-même sous la forme de la social-démocratie en oubliant ce qui avait construit l’idée même de la Gauche.

Le mur est tombé, il faut en revenir aux fondamentaux.

Et les fondamentaux de la République sont bien là. Quand on ne pense plus l’égalité, on ne pense plus l’émancipation faisant des Hommes des Citoyens. On supprime cette base indispensable à la démocratie, les laissant retomber dans des sous-groupes auxquels ils peuvent s’identifier. C’est ainsi que naissent les identitarismes qui – et cela montre bien que ce clivage devient suranné – se construisent aussi bien à gauche qu’à droite. Il serait trop simple d’attribuer cela aux extrêmes, mais le phénomène est bien plus prégnant qu’il n’y paraît, puisque des partis aussi inoffensifs au premier abord que le Parti Socialiste ou Les Républicains radicalisent, chacun de leur côté, leur discours identitaire.

Il est urgent d’agir. Il est urgent de prendre le temps de repenser et vulgariser à nouveau ces concepts qui nous ont construits : il n’y a d’identité en France que l’identité Républicaine, bâtie sur l’égalité, seul socle permettant l’exercice plein et entier de la liberté.

8 commentaires

  1. Antoine dit :

    > La guerre froide nous a imposé un clivage gauche/droite se limitant à un clivage socialisme versus capitalisme débridé

    Je ne suis pas d’accord avec cette affirmation. En fait la guerre froide a été concomittante d’une économie relativement régulée et planifiée (sans être administrée), par exemple sous de Gaulle, loin à la fois du socialisme et du capitalisme débridé.

    Le capitalisme débridé commence à s’imposer au début des années 80, avec Reagan et Thatcher, puis pénètre toute l’Europe continentale à la faveur de la fondation de l’UE et de… la fin de la guerre froide (c’est-à-dire du triomphe du bloc états-unien).

    1. Antoine Berranger dit :

      pas faux. J’ai simplifié à outrance ce point là.

  2. Sandro Hiracaz dit :

    La Nation Républicaine et Sociale ne renaîtra pas des extrêmes. Les échecs de Philippot au FN et de Kuzmanovic à la FI doivent nous le rappeler. Selon moi, elle renaîtra au « centre », comme le fut le gaullisme en son temps.

    Aujourd’hui, Macron a usurpé cette position au centre. Les étiquettes à la vie dure et l’absence de synthèse entre la gauche républicaine et la droite sociale gaulliste a d’abord renvoyé nos idées dans les extrêmes, laissant seul les néolibéraux au centre que Macron a rassemblé.

    Prenons quelques exemples parmi les fondements de N&RS.

    – La défense de la laïcité est au centre, entre une gauche qui voudra laisser de plus en de plus de place à l’Islam et une droite qui brandira les racines chrétiennes.

    – Le féminisme universaliste est au centre, entre une gauche acquise au néo-féminisme inclusif et intersectionnel pro-PMA/GPA et une droite qui sera tentée de miser en réaction sur les anti-IVG.

    – La critique de l’ordre européen peut être au centre, elle existe à gauche et à droite.

    – La République Sociale est au centre, composition de l’ordre civique de droite et de la justice sociale de gauche et équilibre entre intérêt individuel de droite et intérêt collectif de gauche.

    Compte-tenu des rapports de force électoraux, il est possible que N&RS soit perçuecomme au centre-droit, bien que fondée idéologiquement plutôt au centre-gauche, ce qui n’est pas sans rappeler l’évolution de l’étiquette du parti de Clémenceau, figure de proue de la gauche républicaine.
    « D’abord classé à l’extrême gauche de l’échiquier politique, il s’oriente progressivement vers le centre droit. »
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Parti_radical_(France)

    1. Antoine Berranger dit :

      Beaucoup d’espoirs partagés avec vous Sandro !

  3. cording dit :

    Je doute qu’Antoine Berranger aie lu les oeuvres et analyses de Jean-Claude Michéa et le dernier livre de Denis Collin « Après la gauche ». Il saurait que les termes droite/gauche sont nés au tout début de la Révolution française lors de la réunion des Etats-géneraux où les partisans du veto royal se sont assis à la droite du président de séance, et les adversaires à gauche. A cette époque ce qui est devenu la gauche était libéral en tous domaines : politique, économique et sociale. La gauche n’est devenue sociale que lors de l’Affaire Dreyfus les partis socialistes de l’époque ont considéré après de vifs débats internes que ce n’était pas une simple question interne à la bourgeoisie et que la gauche talonnée par un mouvement socialiste de plus en plus fort et structuré a pris en compte la question sociale. En somme la gauche sous alibi européen la gauche est revenue à ses origines : la question sociale lui est étrangère et elle méprise le peuple parce que soi-disant il vote mal mais si tel est le cas c’est la conséquence du ralliement de la gauche au néolibéralisme économique dominant.

    C’est pourquoi je pense que le clivage droite/gauche est devenu obsolète pour un temps indéterminé et ce n’est pas donner à raison Macron parce qu’avec son élection il a mis fin aux illusoires alternances droite/gauche puisqu’une large majorité de la droite parlementaire s’est rallié à lui qui venait de la gauche. En fait il a rassemblé les 2 faces de la bourgeoisie qui feignaient de s’opposer. La bourgeoisie de droite ne s’opposait à la bourgeoisie de gauche que sur les questions sociétales qui ne dérangent pas le capitalisme financier dérégulé sous le nom de néolibéralisme dont l’UE n’est qu’une des traductions. Elles s’opposent toutes deux à la souveraineté nationale dont le peuple est le détenteur. On voit bien à travers la crise que représente le mouvement des Gilets jaunes qu’il s’agit de la part de ses adversaires d’un mépris du peuple et même d’un mépris de classe. Ces derniers ne connaitront jamais leurs problèmes de fins de mois.

    1. Antoine Berranger dit :

      « Il saurait que les termes droite/gauche sont nés au tout début de la Révolution française lors de la réunion des Etats-géneraux où les partisans du veto royal se sont assis à la droite du président de séance, et les adversaires à gauche »

      L’égalité de tous les citoyens dans le cadre de la République, sans exception, a donc fondé la gauche, selon vous. Vous confirmez donc plutôt les propos 😉

      Merci de votre intervention.

      1. cording dit :

        Vous citez une de mes phrases pour lui faire dire ce qui vous arrange. Elle ne faisait qu’indiquer la genèse des concepts de droite et gauche qui depuis la Révolution Française ont beaucoup évolué dans le fonds et la forme. Par exemple le patriotisme, le nationalisme est né « à gauche » celle de 1789-1799 puis ces notions sont passées « à droite » lors de l’affaire Boulanger puis de l’Affaire Dreyfus soit un siècle après.
        La gauche actuelle en devenant libérale au plan économique, et sociétale ne fait que retourner à ses origines en abandonnant la question sociale. Ce n’est pas un hasard s’il nous faut accoler le terme de « sociale » à République c’est parce que cela ne va plus de soi comme à ses origines.

        Le principe d’égalité des citoyens n’a pas attendu la République ( laquelle ? ) pour être fondé mais plutôt la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen du 25 août 1789 écrite, rédigée pour la plupart par des aristocrates et des monarchistes. A cette époque il n’y avait aucun républicain dans l’assemblée, même pas Robespierre.

  4. Thank you so much for giving everyone remarkably marvellous chance to read in detail from this site. It can be so useful and also jam-packed with a great time for me personally and my office colleagues to visit the blog at the very least thrice in 7 days to learn the newest guidance you will have. And definitely, I am just always astounded concerning the outstanding pointers you serve. Certain 1 tips in this article are easily the most suitable we have had.

Laisser un commentaire

*

Avant de publier un commentaire, merci de consulter la charte de modération et de bonne conduite.